PRIX
LITTERAIRES


2018


Prix MEDICIS : Pierre Guyotat - "Idiotie"
"Un appel à l'émancipation.  Récit autobiographique de l'entrée dans l'âge adulte qui témoigne de la naissance d'un poète.

 

Prix GONCOURT 2017 : Nicolas Mathieu - "Leurs enfants après eux"
"Fresque sociale dans une Lorraine désindustrialisée.

 

FEMINA 2017 : Philippe Lançon - "Le Lambeau"
Rescapé de l'attentat de Charlie Hebdo en 2015, le journaliste décrit sa lente reconstruction, tant sur le plan physique que psychologique.

 

Prix RENAUDOT 2017 : Valérie Manteau - "Le Sillon"
retrace la vie du journaliste turco-arménien Hrant Dink, assassiné en 2007 à Istanbul.

 

Grand Prix du Roman de l'Académie française :
Camille Pascal - "L'été des quatre rois"

1830 : quatre souverains se succèdent sur le trône de France
(Charles X, Louis XIX, Henri V et Louis-Philippe)

 

Prix INTERALLIE : Thomas B. Reverdy -
"L'hiver du mécontentement"

C'est avec cette expression que le journal le Sun qualifia l’hiver 1978-1979 où, pendant des mois, la Grande-Bretagne a été paralysée par des grèves monstrueuses.
 

GONCOURT des LYCEENS : David Diop - "Frère d'âme"  
Une histoire d’amitié, jusqu’à la folie, dans l’enfer des tranchées
pendant la Première Guerre mondiale.
 

NOBEL alternatif de littérature : Maryse Condé
Artiste engagée, Maryse Condé fait entendre la voix de la Guadeloupe.
"Dans ses oeuvres, avec un langage précis, elle décrit les ravages du colonialisme et le chaos du post-colonialisme".

 

Prix GONCOUR

 

 

Soirée française - LITERATUR HAUS / Graz

7 mars 2018

Kamel Daoud :  écrivain et journaliste algérien d'expression française
né en 1970 à Mesra (Algérie).

S'il écrit en français et non en arabe, c'est, dit-il, parce que
"la langue arabe est piégée par le sacré, par les idéologies dominantes.
On a fétichisé, politisé, idéologisé cette langue."

En octobre 2013 sort son roman "Meursault, contre-enquête", qui s'inspire de L'Étranger d'Albert Camus : le narrateur est le frère de "l Arabe" tué par Meursault.
Le roman évoque les désillusions que la politisation de l'islam
a entraînées pour les Algériens.

Il a reçu le Prix Goncourt du premier roman en 2015.

► Vous pouvez emprunter "Meursault, contre-enquête"
à la médiathèque de l'Institut.

 

En savoir plus sur "Meursault,
contre-enquête"
de Kamel Daoud

"Kamel Daoud double Camus
Dans « Meursault, contre-enquête », l'écrivain algérien Kamel Daoud livre un récit en contrepoint au chef-d'œuvre du Prix Nobel."
(article du Monde.fr/livres - lire la suite)

"Dans Meursault, contre-enquête, Kamel Daoud entend rendre justice à « l’Arabe » anonyme victime du narrateur dans l’Étranger et lui restituer son identité.
Il est noble de vouloir jouer ainsi les redresseurs de torts, mais est-il bien nécessaire d’enfoncer des portes que Camus avait déjà lui-même largement ouvertes ?"
(lire la suite sur salon-litteraire.linternaute)

"Et si Kamel Daoud était la face lumineuse d’une histoire dont Éric Zemmour,
cet autre Algérien, symboliserait la part d’ombre ? (...)
Le romancier et le polémiste médiagénique ont en commun l’histoire franco-algérienne et ses troubles post-traumatiques. L’un n’en sort pas quand l’autre ouvre un chemin de résilience. Comment ? En revisitant Camus et son Étranger."
(lire la suite de l'article de Mustapha Harzoune)

 

Le PRIX des Lycéens autrichiens sera décerné à Graz le 20 avril 2018.

Le jury lycéen choisira entre trois oeuvres de Charlotte ERLIH
INFOS

 

“Si c'est un grand plaisir d'être reconnu par ses amis, c'est peut-être encore plus flatteur
d'être reconnu par ses adversaires.”

J. d'Ormesson (2014)

 

Mort d'un 'Immortel'
Jean d'Ormesson
écrivain, membre de l'Académie française
(1925-2017)

en savoir plus ►

 

 

 

PRIX
LITTERAIRES


2017

Prix MEDICIS : Yannick Haenel
"Tiens ferme ta couronne" :
"le roman le plus fou de cette rentrée littéraire" (l'Obs). Une exception notable à la sinistrose ambiante...
En savoir plus ...(l'Obs) - Critique de Bernard Pivot
 

Prix GONCOURT 2017 : Eric VUILLARD
"L'Ordre du jour"
raconte les coulisses de l'Anschluss
Critiques : L'Obs - Le Monde - Le Figaro
 

FEMINA 2017 : Philippe JAENADA
"La Serpe" : Un livre sombre qui revient sur l'affaire Henri Girard, un triple assassinat commis - à coups de serpe - en 1941, dans un château de Dordogne.
Une énigme vieille de 76 ans...
 

Prix RENAUDOT 2017 : Olivier GUEZ
"La disparition de Josef Mengele"
raconte de façon romancée, mais très documentée, la cavale de ce médecin SS devenu le bourreau des déportés d’Auschwitz.
Renaudot et Goncourt : le nazisme comme source d'inspiration des écrivains
 

Grand Prix du Roman de l'Académie française : Daniel RONDEAU
"Mécaniques du chaos"

 

Prix du Premier Roman : Jean-Baptiste ANDREA
"Ma reine"

 

Prix INTERALLIE : Jean-René Van der PLAETSEN
"La Nostalgie de l'honneur"

 

GONCOURT des LYCEENS : Alice ZENITER
"L'Art de perdre" 

Le seul "grand prix littéraire" 2017 attribué à une femme (en savoir plus)

 

Prix GONCOUR

 

PRIX
LITTERAIRES


2016

Prix FEMINA : Marcus MALTE pour "Le Garçon"   

Grand Prix du Roman de l'Académie française :
Adélaïde de Clermont-TONNERRE pour "
Le dernier des nôtres"

Prix  MEDICIS  : Ivan JABLONKA pour "Laëtitia ou la fin des hommes"

Prix RENAUDOT : Yasmina REZA pour "Babylone"

Prix GONCOURT : Leïla SLIMANI pour "Chanson douce"

Prix du Premier Roman : Gaël FAYET pour "Petit Pays"

Prix INTERALLIE : Serge JONCOUR pour "Repose-toi sur moi" 

Prix GONCOURT des Lycéens : Gaël FAYET pour  Petit pays"

Prix GONCOURT :
Un article de l'Express avec quelques anecdotes extraites du livre
"
La littérature à quel(s) prix ?" (par Sylvie Ducas),
pour en savoir plus sur les Prix littéraires


Les Prix littéraires 2016 : des romans pour vous remonter le moral (c'est sarcastique...) :

Babylone - "Etrangler sa femme pour une histoire de poulet et de coup de pied au chat : Jean-Lino ne supporte plus, ce soir-là, les sempiternels discours écolo-bio de Lydie. Une fête bourgeoise tourne au drame à cause d'un banal malentendu."

Chanson douce - L'assassinat de deux jeunes enfants par leur nourrice ou comment cette nounou pleine d'attention pour les enfants et leurs parents a pu devenir une tueuse.

Laëtitia ou la fin des hommes - Retour sur le meurtre atroce de Laëtitia Perrais, 18 ans, dont le corps démembré fut retrouvé au fond d'un étang en janvier 2011.

Le dernier des nôtres - "Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme. Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère agonise en accouchant d'un petit garçon".

Le Garçon - 1908 -  "Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Il rencontre les hommes et commence à entrevoir de quoi pourrait bien être constituée l’existence : beaucoup de ravages et quelques ravissements.  Puis la guerre, l’effroyable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de ce que l’on nomme la civilisation".

Petit pays - Gaël Faye - Gaby, un Franco-rwandais d'une dizaine d'années raconte le génocide du Rwanda depuis le Burundi où il s’est installé avec sa famille. La guerre et les massacres mettent fin à sa vie insouciante.

L'exception : Repose-toi sur moi - Serge Joncour - "A l'opposé des livres plutôt sombres publiés cet automne, 'Repose-toi sur moi' est un roman optimiste, une histoire d'amour qui finit bien entre Aurore, styliste, femme mariée et mère de famille déboussolée, et Ludovic, recouvreur de dettes, veuf et taciturne."

 


novembre 2016 Lecture - par l'auteur - de "2084, la fin du monde" - Boualem SANSAL
novembre 2016 Lecture - par l'auteur - de "Boussole" - Mathias ENARD
janvier 2016 Disparition de Michel TOURNIER et d'Edmonde CHARLES-ROUX
novembre 2015 Deux Prix littéraires français pour l'Autrichien Christoph RANSMAYR
octobre 2015 Le nouvel Astérix est arrivé : "Le papyrus de César"
  Jean GIONO : "L'homme qui plantait des arbres". A lire, écouter et regarder