Le mot du jour franco-autrichien
 

OIGNON

contre

ZWIEBEL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


oignon

Montaigne et la bataille de l’oignon

Depuis la réforme orthographique de 1990, il est recommandé d’écrire ognon, sans "i" intermédiaire, une graphie qui correspond à la prononciation... mais qui n’a pas encore été vraiment adoptée par les Français.

Les personnes d’un certain âge sont rebelles au changement. C’est leur côté "Gaulois réfractaire" (unzugänglich) dénoncé par E. Macron. Certains, et beaucoup de linguistes parmi eux, contestent le bien-fondé (Rechtmäßigkeit) de cette réforme, en se référant - entre autres - à Michel de Montaigne.

Si le mot oignon se prononce o-gnon [ɔ ɳ ɔ̃] depuis son apparition dans la langue française (au XIIIe s.), sa graphie a changé au cours des siècles. Deux formes sont en concurrence : oignon et ognon. Tantôt l’Académie française recommande l’une, tantôt elle accepte les deux.

Mais que vient faire l'écrivain Michel de Montaigne (1533-1592) dans cette galère (heikle Sache)  orthographique ? Chacun sait qu'il souffrait de la "gravelle" ou "maladie de la pierre" - comme on disait au XVIe siècle - et qu'il avait donc des calculs rénaux (Nierenstein). Mais il n'indique nulle part dans son oeuvre ou sa correspondance qu'il se préoccupait de ses "oignons" (Ballenzeh, hallux valgus) !

Rappelons que, historiquement, ce "i" qui s’intercale entre la voyelle et le "gn" était muet : il indique seulement qu’il faut prononcer le gn comme dans campagne [c ɑ̃ p a ɳ] - une prononciation dite "mouillée" -, et pas comme dans gnou [g n u] ou pugnace [p y g n a s].

Ainsi, le nom de Montaigne se prononçait... Montagne ! Même remarque pour le nom de famille de Philippe de Champaigne [ʃ ɑ̃ p a ɳ], peintre et graveur du XVIIe siècle. Jusqu’au XVIIIe siècle, on a également écrit Espaigne, Allemaigne, aigneau, compaignon, besoigne..., sans pourtant prononcer le "i".

Par contre, oignon a conservé ce "i" intermédiaire. Mais pourquoi modifier son orthographe aujourd’hui, et pas celle de seigneur ou d’encoignure, par ex. ? C’est un manque de logique que dénoncent certains linguistes.

La plupart des Français restent cependant indifférents à cette controverse linguistique : ils estiment que ce ne sont pas leurs oignons (es ist nicht ihr Bier / ihr Kaffee) et qu’ils ont d’autres chats à fouetter (wichtigeres zu tun haben) !

Oignon contre Zwiebel : un contre deux !

Le mot oignon vient du latin populaire unionem (accusatif de unio), mot dérivé lui-même de unus (un) parce que, à la différence de l’ail qui a plusieurs gousses (Zehe), l’oignon (Knolle) est constitué d’un bulbe unique.

Dans la Gaule du Nord, le latin populaire unionem (→ unnium puis → oingnum en ancien français) a supplanté (verdrängen) le latin classique caepa dont dérive l’équivalent de l’oignon dans les autres langues romanes :
- en occitan et catalan : ceba ; en roumain ceapă ;
- et sous une forme diminutive en espagnol : cebolla, en  italien cipolla, en portugais cebola,
- On retrouve cette parenté dans la ciboule (Schnittzwiebel) et la ciboulette (Schnittlauch), termes qui sont tous les deux d’origine provençale.

La racine caepa est aussi présente dans le mot Zwiebel (← zwibolla en ancien haut allemand) : il a été emprunté à l’italien cipolla, interprété à tort comme un mot composé de "zwie" + "bolle" ou zweifache Bolle (littéralement double bulbe, ce qui est scientifiquement erroné). Le mot Bolle est une variante de Knolle, große Zwiebel.

 

     Pour être au courant

Quelques expressions avec oignon :

- occupe-toi de tes oignons ! Scher dich um deinen Kramm / um deine eigenen Angelegenheiten / um dein Bier! Fatti i cavoli tuoi! (litt. : fais-toi tes propres choux, en italien)
- en rang d'oignon : wie die Orgelpfeifen / wie Zinnsoldaten da stehen
- soigner qn aux petits oignons : jn bestens versorgen
- un oignon (de pied) : hallux valgus
- un oignon (= montre de gousset) : Zwiebel - le "gousset" est une petite poche du gilet.

kaputt au point mort et dans l'impasse

Une question à poser ou un commentaire à faire ?   Précision - Les mots traduits
figurent sous leur forme de base :
infinitif pour les verbes ;
singulier pour les substantifs ;
masculin singulier pour les adjectifs.

Liste chronologique
"Mot du jour"