Le mot du jour franco-autrichien
 

PERRETTE

et la comète

 

 

 

 

 


Edmond Halley

 

 


Perrette et le pot au lait

A la veille du 1er tour des élections législatives, le premier ministre Edouard Philippe, prudent, rappelle les exemples de Theresa May et d'Alain Juppé pour affirmer que "tous ceux qui tirent des plans sur la comète avant l'élection, sont surpris après l'élection". (article)

Tirer des plans sur la comète, c’est échafauder (aufstellen) des projets en se basant sur des hypothèses hasardeuses et donc prendre un grand risque d’échouer.

L’expression, qui date de la fin du XIXe siècle, se réfère probablement un événement astronomique historique : le passage d’une comète particulièrement brillante en 1882 a marqué les esprits. Le principe de la périodicité des comètes a été découvert dès le XVIIIe siècle par l’astronome anglais Edmond Halley (1656-1742). Cependant, bien que le mystère de l’apparition de ces corps célestes ait été expliqué scientifiquement, la croyance dans leur influence maléfique ou bénéfique a perduré longtemps, et le passage d’une comète s’est souvent accompagné de prédictions cataclysmiques annonçant la fin du monde !

L’expression est antithétique : tirer des plans est une entreprise qui réclame de la précision et du temps. L’apparition d’une comète est, par contre, un événement qui a longtemps été considéré comme imprévisible, mystérieux, voire effrayant. Son caractère éphémère est à l’opposé de la stabilité et de la rigueur nécessaires à la bonne exécution des projets.

L’équivalent allemand "eine Milchmädchenrechnung" (littéralement : un calcul de laitière (article)) se réfère à la Perrette la plus célèbre de la littérature française, l’héroïne malheureuse de la fable de la Fontaine "La laitière et le pot au lait". (texte)

Perrette se rend au marché pour vendre un pot de lait. Elle le porte sur sa tête "bien posé sur un coussinet". En chemin, elle commence à tirer des plans sur la comète : elle imagine comment, avec l’argent gagné, elle achètera des œufs, puis élèvera les poulets, achètera un cochon qui, bien engraissé (mästen), sera vendu contre une vache et son veau. Transportée (hingerissen) par ces projets mirifiques, Perrette saute de joie et trébuche (stolpern) : "Le lait tombe : adieu veau, vache, cochon, couvée". Le retour à la réalité est brutal.

A l’époque de la Fontaine, l’expression "tirer des plans sur la comète" était inconnue. Le fabuliste conclut "La laitière et le pot au lait" ainsi : Quel esprit ne bat la campagne (sich in Fantastereien verlieren) ? Qui ne fait châteaux en Espagne ?

Faire / Bâtir des châteaux en Espagne - au sens de faire des projets irréalisables - est attesté en français dès le XIIIe siècle et s’explique par le fait qu’il n’y avait pas de châteaux dans les campagnes espagnoles : ils avaient été détruits par les seigneurs chrétiens pour empêcher les Maures de s’y installer au cours de leurs incursions (Einfall), comme l’indique Etienne Pasquier au XVIe siècle.

Comme on pouvait s’y attendre, l’expression équivalente espagnole ne fait pas référence à l’Espagne : "hacer castillos en el aire" signifie faire des châteaux en l’air, tout comme les expressions allemande (Luftschlößer bauen) et italienne (fare castelli in aria). En anglais, on "chasse les arcs-en-ciel" (chasing rainbows), tandis qu’en polonais on "construit des châteaux sur la glace".

Celui qui perd le sens des réalités risque bien de se retrouver "gros Jean comme devant", avertit La Fontaine dans la morale de la fable. Une conclusion partagée par Goethe (dans Faust) : "Habe nun, ach! Philosophie, / Juristerei und Medizin / Und leider auch Theologie / Durchaus studiert, mit heißem Bemühn. / Da steh ich nun, ich armer Tor! / Und bin so klug als wie zuvor."

Edouard Philippe, lui, n’a étudié ni la philosophie, ni le droit, ni la médecine, pas plus que la théologie : après avoir passé le bac à Bonn en Allemagne, il a suivi des études à l’Institut d’études politiques de Paris et à l’ENA. Se méfiant des prédictions fallacieuses (trügerisch) et attend les résultats officiels de ce premier tour des législatives avant de crier victoire.

Des ruches de Paris à Graz   Tsunami ou raz-de-marée ?

Une question à poser ou un commentaire à faire ?   Précision - Les mots traduits
figurent sous leur forme de base :
infinitif pour les verbes ;
singulier pour les substantifs ;
masculin singulier pour les adjectifs.

Liste alphabétique
"Mot du jour"