Commémorations 2024

 

1874 : mort de la comtesse de Ségur (le 9 février)

La comtesse de Ségur est née Sophie Rostopchine en 1799 à Saint-Pétersbourg et morte en 1874 à Paris. Les Rostoptchine sont une grande famille de la noblesse russe, dont la généalogie remonte à la famille de Genghis Khan.

Elle apprend plusieurs langues étrangères, en particulier le français. Adulte, elle maîtrise cinq langues.
Enfant turbulente, elle est maltraitée par sa mère qui la prive de nourriture, de boisson, de vêtements chauds, la punit en l'enfermant dans sa chambre, l'humilie en public et la frappe.

Son père, le comte Fiodor Rostoptchine, était ministre des Affaires étrangères du tsar Paul Ier, puis gouverneur général de Moscou au moment de l'offensive de Napoléon 1er (1812) : il fait évacuer les pompes à incendie et libère des prisonniers avec la mission de mettre le feu chacun à un quartier.
La réussite de ce plan lui vaut l'hostilité de ceux - aristocrates et commerçants - qui ont perdu leur habitation.  Disgracié par le tsar, il s'exile en Pologne, Allemagne, Italie et, finalement, à Paris en 1817 où il fait venir sa famille.

Sophie, âgée de 19 ans, y rencontre Eugène de Ségur, petit-fils de l'ex-ambassadeur de France en Russie. Ce mariage arrangé n'est pas heureux. Sophie et Eugène auront pourtant huit enfants, dont le futur évêque Louis-Gaston de Ségur.

En 1866, elle devient tertiaire franciscaine.

Elle meurt à 74 ans, entourée de ses enfants et petits-enfants. Elle est inhumée à Pluneret (Morbihan).


Une vocation tardive - Elle écrit son premier livre à plus de cinquante ans. Il s'agit de contes moraux, destinés à ses petits-enfants. Parmi ses œuvres les plus connues figure la trilogie de Sophie : "Les Malheurs de Sophie", "Les Petites Filles modèles" et "Les Vacances", qui racontent les bêtises de Sophie de Réan et les mauvais traitements de sa mère d'adoption, Mme Fichini.

Elle est aussi l'auteur de contes pour enfants et de plusieurs autres romans, comme "Le Général Dourakine", "L'Auberge de l'Ange gardien", "Un bon petit diable" ou "Mémoires d’un âne".

Le thème récurrent des châtiments corporels dans la plupart de ses œuvres fait sans doute écho à sa propre enfance malheureuse avec sa mère. Elle rompt en cela avec les modèles antérieurs de la littérature enfantine, notamment les contes de Perrault ou ceux de Madame d'Aulnoy.

Chez la comtesse de Ségur, le réalisme des descriptions est sans complaisance. Le recours au châtiment corporel est clairement condamné, traumatisant durablement les enfants qui en sont victimes et les confortant dans leurs vices, alors qu'ils pourraient être corrigés avec une éducation stricte, mais basée sur la patience, la confiance, les aveux et le pardon. Fortement moralisateurs, ses romans ont été influencés par la relecture et les corrections faites par son fils aîné, Louis Gaston, évêque.

Plus que de simples romans d'inspiration autobiographique, les ouvrages de la comtesse de Ségur ont fortement influencé une nouvelle idée de la pédagogie (d'après l'article de Wikipédia).

 

 

1524 : naissance de Pierre de Ronsard (le 11 septembre)

Poète majeur du XVIe siècle, Pierre de Ronsard est né dans le Vendômois (aujourd'hui Loir-et-Cher) au château de la Possonnière. C'est là qu'il passe son enfance, mais il est privé de son père de 1526 à 1530, car celui-ci se trouve en Espagne avec les enfants de François 1er, otages de Charles Quint.

Destiné par son père à faire une carrière dans les ordres, il préfère se placer au service du roi  François 1er, ce qui lui permet de voyager et de se rendre en particulier en Italie.

Une maladie le contraint à abandonner cette carrière militaire et diplomatique. Il se consacre à la poésie et fonde, en 1547, avec Joachim du Bellay et d'autres poètes, le mouvement de la Pléiade.  Ils rédigent une "Défense et illustration de la langue française" dans laquelle ils recommandent d'employer en poésie le français, langue alors considérée comme "barbare et vulgaire" par rapport au latin.

Surnommé "Prince des poètes et poète des princes", il publie successivement "Les Odes", "Les Amours", dans lequel figurent les "Sonnets pour Hélène"  et son célèbre poème "Mignonne allons voir si la rose..."

Il meurt le 27 décembre 1585

 

 

1824 : mort de Théodore Géricault (le 26 janvier)

Peintre, sculpteur, dessinateur et lithographe, Théodore Géricault est né à Rouen en 1791. Il est mort à l'âge de 32 ans à Paris en 1824.

Son oeuvre la plus célèbre est "Le Radeau de la Méduse". Le peintre a été inspiré par un fait divers trouvé dans la presse : les 147 rescapés du naufrage de La Méduse, une frégate française qui a chaviré en 1816 au large des côtes du Sénégal, trouvent refuge sur un radeau de fortune. Après avoir dérivé pendant treize jours, ils sont sauvés par un bateau. C'est cet instant dramatique que le peintre a choisi d'immortaliser : les hommes encore valides, qui ont pratiqué le cannibalisme pour suivre, se lèvent pour lancer des signaux au navire qui se profile à l'horizon. Pour peindre avec le plus de réalisme possible, Géricault fait même installer une réplique grandeur nature du radeau dans son atelier, et demande à sept des dix rescapés de poser pour lui.
Il travaille pendant plus d'un an à peindre cette grande toile (5 m x 7 m).
Au musée du Louvre où l'oeuvre est exposée en 1819, ce n'est pas le sujet choisi qui fait débat : l'anthropophagie n'est pas considérée comme un crime à l'époque. Elle a même été pratiquée pendant les guerres de l'Empire par les soldats affamés.

Si la toile est mal accueillie par la critique, c'est qu'elle rompt avec les canons de la peinture néo-classique (par ex. les oeuvres de Jacques-Louis David ou Antoine-Jean Gros) alors en vogue.

Géricault est également connu pour sa passion pour les chevaux, animaux qu'il a peints dans de nombreux tableaux, représentant souvent des scènes de bataille (Napoléon sur le champ de bataille).

Issu d'une famille fortunée, le peintre n'a pas connu de problème d'argent et - excepté à la fin de sa vie où il avait fait de mauvais placements - il n'a pas eu besoin de vendre ses oeuvres pour assurer sa subsistance. Cela explique qu'une grande partie d'entre elles ont été conservées dans sa famille... et ont malheureusement été détruites lors des bombardements de Rouen en 1944.

 

il y a 500 ans : naissance de Pierre de Ronsard (le 11 septembre 1524)

il y a 350 ans : la Guadeloupe et la Martinique sont intégrées au domaine royal (4 décembre 1674)

il y a 300 ans : fondation de la Bourse de Paris (24 septembre 1724)

il y a 200 ans : mort de Théodore Géricault (26 janvier 1824)

il y a 150 ans : mort de la comtesse de Ségur (9 février 1874)

il y a 150 ans : première exposition des artistes "impressionnistes" (15 avril 1874)

il y a 100 ans : 1ers Jeux olympiques d'hiver à Chamonix (janvier)

il y a 100 ans : 7èmes Jeux olympiques d'été (juillet) à Paris

il y a 100 ans : naissance de Charles Aznavour (22 mai 1924)

il y a 100 ans : mort d'Anatole France (5 juillet 1924)

il y a 100 ans : mort du Facteur Cheval (19 août 1924)

il y a 100 ans : mort de Gabriel Fauré (4 novembre 1924)

il y a 50 ans : inauguration de l'aéroport de Paris-Charles de Gaulle (8 mars 1974)

il y a 50 ans : mort de Georges Pompidou (2 avril 1974)

il y a 50 ans : mort de Marcel Pagnol (18 avril 1974)