Le mot du jour franco-autrichien
 

 

 

ATTRAPE-
NIGAUD

Pour faire apparaître la traduction des mots soulignés •• Ca fonctionne ? Parfait ! ••, placez le curseur dessus (ou le doigt, si vous utilisez une tablette ou un smartphone)
 

"La loi anti LGBT d'Orban est un attrape-nigaud.
Ce texte provocateur a trois objectifs : mobiliser la droite conservatrice avant les élections [parlementaires hongroises du printemps 2022], diviser l’opposition, et détourner l’attention •• ablenken •• internationale de lois encore plus scandaleuses." (article)


Un nigaud •• Einfaltspinsel, Dummkopf •• , c’est une personne sotte, niaise, qui manque d’expérience et de jugement •• Urteilsvermögen •• . Pourtant, le terme nigaud n’a aucun lien étymologique avec "niais" (1).

Il est dérivé, avec ajout du suffixe péjoratif -aud, de Nicodème, personnage biblique.

L’Evangile selon Saint Jean rapporte trois interventions de Nicomède, l’un des premiers disciples. Bien que membre influent du Sanhédrin •• Sanhedrin. Autrefois : conseil à la fois politique et religieux,
et tribunal suprême d’Israël
••
, il pose au Christ des questions naïves. Jésus s’étonne de son ignorance : "Tu es docteur d’Israël et tu ne sais pas ces choses ?"
C’est donc le récit biblique qui est à l’origine de l’assimilation •• Gleichsetzung •• entre le prénom Nicomède (pourtant formé en grec ancien de nikê = victoire et dêmos = peuple) et la naïveté, voire la bêtise


Un attrape-nigaud, c’est un piège •• Falle •• , une ruse grossière •• plumper Trick •• qui ne peut tromper que les nigauds.

Et, au XVIIe siècle, quand le terme "nigaud" se répand, il désigne le plus souvent ceux qui sont considérés comme niais, bêtas, ce sont les paysans, comme le personnage de Niquedoüille imaginé par Cyrano de Bergerac dans sa comédie "Le Pédant joué" (1654) (2) : ce rustre ne parle que patois •• Dialekt •• et ne comprend pas le français, langue d’une élite très minoritaire alors.


C’est le même préjugé (paysan = nigaud) qui a donné naissance à l’équivalent d’attrape-nigaud en allemand, à savoir Bauernfängerei - qu’on pourrait traduire familièrement par "attrape-plouc" (3)

Le terme a commencé à se répandre à l’époque de la Guerre de Trente Ans (1618-1648) : pour trouver des volontaires, les recruteurs •• Anwerber •• de mercenaires •• Söldner ••   n’hésitaient pas à saouler •• betrunken machen •• les paysans pour les enrôler •• anwerben ••  . Ainsi ils pouvaient plus facilement leur faire parapher un contrat de recrutement, que les signataires •• Unterzeichnender •• (le plus souvent analphabètes ou / et ivres •• betrunken •• ) étaient bien incapables de lire.

Au XIXe siècle, la pratique s’est répandue dans les milieux de la pègre •• Unterwelt •• dans les grandes villes : comme en France, l’industrie a besoin de main-d‘oeuvre •• Arbeitskräfte •• et c’est l’époque d’un exode rural •• Landflucht •• massif. Fraîchement arrivés dans les villes, ne connaissant le plus souvent que leur patois, les paysans sont une proie facile •• Freiwild •• pour les escrocs •• Betrüger •• de tout poil •• aller Art •• qui leur promettent monts et merveilles •• das Blaue vom Himmel versprechen •• pour mieux les arnaquer •• betrügen, hereinlegen •• .


Les escrocs et arnaqueurs du XXIe siècle ont adapté les attrape-nigauds aux nouveaux modes de vie et aux nouveaux médias, en particulier Internet : phishing ou hameçonnage, escroquerie à la loterie, arnaque sur les sites de rencontre, demande de "rançon •• Lösegeld •• "… Autant de •• lauter… •• pièges dans lesquels risquent de tomber ceux qui sont trop naïfs et / ou peu familiers des nouvelles technologies.

 

 

     Pour être au courant


1- niais 
: à l’origine (début du XIIIe siècle), cet adjectif se rapportait aux rapaces •• Raub-, Greifvogel •• (en particulier aux faucons) qui étaient encore au nid parce qu’ils n’étaient pas capables de voler •• flügge •• . Puis, il a désigné celui qui a un comportement gauche •• linkisch, unbeholfen •• , qui est sans expérience, avant de devenir synonyme de nigaud, niguedouille / niquedouille.

Du latin au français moderne : nidus (nid) → nidax, -acis "(oiseau, faucon) pris au nid" → nïés → niais


2-
Molière s’est inspiré du "Pédant joué •• zum Narren gehalten •• " de Cyrano de Bergerac pour écrire "Les Fourberies •• Streiche •• de Scapin", en particulier pour la réplique célèbre : "Mais que diable allait-il faire dans cette galère ?"


3- plouc
est un terme familier et péjoratif qui désigne un paysan, une personne rustre •• rüpelhaft •• , qui manque de savoir-vivre •• Benehmen •• . C'est donc un Bauernlümmel, Rüpel.
• Selon certains linguistes, le mot serait apparenté à l’allemand "plump" qui signifie lourdaud, grossier, fruste, brut de décoffrage •• ungehobelt •• .
• Pour d’autres, il serait rattaché à l’anglais "ploughman", laboureur, et donc à l’allemand "Pflüger".
• Plouc pourrait également être une abréviation du nom des nombreuses (179 !) communes bretonnes commençant par plou- et ses variantes (plo-, plé-, pleu-, plu-), la plus connue étant Plougastel.

En effet, "plouc" apparaît à la fin du XIXème siècle pour désigner les paysans bretons : des années 1870 à la veille de •• kurz vor •• la Première Guerre mondiale, près de 200 000 Bretons avaient émigré à Paris dans l’espoir d’un avenir meilleur. Parlant souvent mal français et prêts à accepter les travaux les plus ingrats •• undankbar, mühevoll •• , ils constituaient une main-d’œuvre bon marché et étaient considérés comme arriérés •• rückständig •• par leurs maîtres et patrons •• Vorgesetzer, Arbeitgeber •• .

du "chêne styrien" à Robur-le-Conquérant ça a fait pschitt - der Rohrkrepierer

 

Une question à poser ou un commentaire à faire ?   Précision - Les mots traduits
figurent sous leur forme de base :
infinitif pour les verbes ;
singulier pour les substantifs ;
masculin singulier pour les adjectifs.

Liste chronologique
"Mot du jour"