Le mot du jour franco-autrichien

     pour en finir avec le cafard...

 

Oubliez le cafard, dansez sur l'air entraînant de "La Cucaracha" - avec ou sans "Marie-Jeanne"


Le cafard - l'insecte - possède plusieurs noms : on l'appelle aussi blatte (1) (du latin blatta) ou cancrelat.

Ce cancrelat-là est attesté dans la langue française à partir de 1704 : il est alors écrit cackerlac, avant de prendre la forme "cancrelas" puis "cancrelat" (2).

L'orthographe assez peu "hexagonale" de ce cackerlac vous rappelle quelque chose ?
C'est sûrement le cas si vous connaissez l'allemand ou le néerlandais, langues dans lesquelles cette bestiole nuisible s'appelle respectivement Kakerlake et kakkerlak.


Le kakkerlak néerlandais (l'insecte et son nom) aurait été importé  - de façon probablement involontaire... - d'Amérique du Sud dès le XVIe siècle : c'est une forme germanisée de l'espagnol  "cucaracha" (un mot que tout le monde connaît, au moins grâce à la chanson traditionnelle du même nom et au film mexicain du même nom, sorti en 1959)

Le terme vient de l'espagnol cuca (chenille, larve de papillon), du latin "cucus" dérivé du grec ancien "kokkiuks" (même sens). Le passage de la chenille (Raupe) au cafard s'est fait par l'adjonction (Beifügung) d'un suffixe péjoratif ("-ucha"): cuca s'est métamorphosé - non pas en papillon comme le fait la chenille mais - en cucaracha.


Peu facile à prononcer pour les gosiers anglophones, le mot s'est transformé en anglais en cockroach.
Pourtant le cafard n'a rien à voir avec le coq... Mais cette transcription plus ou moins phonétique de "cucaracha" est sans conteste plus ragoûtante (appetitlich) que la première forme attestée (en 1607) en anglais, à savoir "cacarootch" (littéralement "glisse-caca", à cause des excréments malodorants de l'insecte). (3)

Dans les Antilles françaises, il est nommé "coquerache" (probablement sous l'influence de l'anglais).

Chez les Québécois, il s'appelle "coquerelle", un terme qui désigne aussi l'alkékenge ou physalis (Lampionblume en allemand), et dont la sonorité poétique contraste avec la mauvaise réputation du cafard.


Pourtant, cet animal si méprisé pourrait bien être un moyen de lutte efficace contre la malnutrition : présent sur tous les continents (sauf l'Antarctique), il est riche en protéines et, ce qui ne gâte rien (was nichts schaden kann), très goûteux ! Le lait de certaines espèces de cafards pourrait même devenir l'un des super-aliments de demain.

Les nutritionnistes sont d'accord sur un point : consommer des cafards est meilleur pour la santé que l'usage de cannabis, alias Marie-Jeanne ! (4)

 

     Pour être au courant


1- Les substantifs en "-ate" s'écrivent avec un seul " t " : de l'aromate (m) au technocrate, en passant par la cravate, le pirate, la savate (et bien d'autres).
Exceptions : blatte, batte (de cricket par ex.), baratte (Butterfass), chatte, cul-de-jatte (Krüppel ohne Beine), datte, jatte (Schale, Napf), latte, natte (Haarzopf, Matte), patte et ratte (rat femelle).


2- cancrelat
: le mot a vraisemblablement subi l'attraction de "cancre", un terme qui - avant de désigner un élève nul et paresseux - est synonyme de "crabe" (du latin "cancer, cancri", même signification).c'est probablement par analogie avec la démarche et la lenteur du crabe que le mot "cancre" a été utilisé, dès le XVIIe siècle pour qualifier un élève qui est ignorant et "fait néant". (nichts tun →Nichtstuer)


3- de la chenille de papillon
: kokkiuks (grec ancien) → cucus (latin) → cuca (espagnol)
au cafard : cucacucaracha (espagnol d'Amérique latine) → kakkerlak (néerlandais) → Kakerlake (allemand), cockroach (anglais), coquerelle (Québec).


4- La Cucaracha est une chanson très ancienne puisqu'elle remonte à la Guerre de Reconquête contre les Maures en Espagne (donc avant 1492 et la "découverte" de l'Amérique).
De nouveaux couplets ont été ajoutés au cours des siècles.
Si elle a obtenu un tel succès à partir du XIXe siècle, ce n'est pas parce qu'elle célèbre le cafard, un animal plutôt répugnant, mais parce que le mot "cucaracha" désigne aussi la marijuana !

Refrain (version du XXe siècle) :
"La cucaracha, la cucaracha, / Ya no puede caminar ;
Porque no tiene, porque le falta / Marihuana que fumar
."

(Le cafard, le cafard / Ne peut plus marcher / Parce qu'il n'a pas, parce qu'il lui manque / De la marijuana à fumer).

le cafard de la Saint-Valentin de Kiev aux Philippines

 

Une question à poser ou un commentaire à faire ?   Précision - Les mots traduits
figurent sous leur forme de base :
infinitif pour les verbes ;
singulier pour les substantifs ;
masculin singulier pour les adjectifs.

Liste chronologique
"Mot du jour"